PRÉSENTATION

Présentation de L’ADADJLADJ

Depuis 32 numéros, et une bonne douzaine d’années, le journal Les Allumés du Jazz rythme la vie musicale française largement au-delà des contours convenus des esthétiques définitivement établies. Nous fuyons depuis longtemps le mundillo maudit, ce mal franco-français du jazz jazzo-jazzistique.
Conçu au départ comme un outil de communication au service des labels de jazz indépendants, il s’est vite métamorphosé en journal atypique, au service de la musique et de ses amoureux, qu’ils soient platoniques, diatoniques, chromatiques ou dodécaphoniques. On y parle de musique… Et donc de musiciens, d’histoire, de pensée musicale, de philosophie, de temps, de composition, de swing, de groove, de son, de rap, de mood, de mode, de mad, de cinéma, de polar, de production, de politique, de journalisme, de littérature, de religion, de photographie, d’identités internationales, des Amériques, Afriques, Asies, Australies, Europe (le seul continent à ne pas commencer par un A), d’arts plastiques, des musiques du Monde, des extraterrestres, de nature, de jazz, de surnaturel, de cuisine, d’improvisation, de sciences, de bandes dessinées, de poésie… Et de tous sujets pouvant éclairer, édifier, surprendre… Et se partager entre mélomanes…
Et aussi parfois juste pour le plaisir d’écrire et de lire… En plus, il y a plein de beaux dessins et de belles photos…
Le tirage s’est progressivement stabilisé autour de 18 000 exemplaires, dont 6 000 sont distribués sur des lieux de concerts et de pratique musicale.
Le journal est gratuit, et ce depuis le départ. Mieux encore, l’abonnement est offert !
Cela n’est ni neutre, ni « gratuit »… C’est une prise de position assumée sur la diffusion de la culture et du savoir, sur la liberté d’expression, sur la musique et sur l’art en général.
Certes, tout a un coût et chaque chose a son prix… Et même ce journal, c’est certain…
Mais nous avons fait collectivement le choix de proposer un espace d’expression aux musiciens, producteurs, mélomanes, diffuseurs, penseurs de la musique et autres bavards impénitents, qui soit accessible à tout lecteur. Le journal est financé par le budget propre des Allumés du jazz (pourcentage sur les ventes de CD, adhésion des labels…) et aussi surtout par des subventions diverses (Ministère de la Culture, Sacem, CNV…). La rédaction et une partie de la diffusion sont « militantes ».
La situation économique lamentable de l’édition phonographique, celle, déplorable, de la presse, l’évolution abyssale de l’intervention de l’Etat, la crise cosmique de l’économie mondiale et celle, pénible, de la cinquantaine - sans Rollex - pour certains d’entre nous, celle, à peine moins difficile, bien que plus longue, de la sortie de l’adolescence, également nommée « crise de la quarantaine », celle de l’adolescence qui la précède de peu, et celle de la peur de la sénilité, par nature précoce…
Toutes ces crises, aussi concomitantes que virulentes, posent à terme le problèmede la pérennité de cette publication.
Nous sommes donc aujourd’hui face à un dilemme. L’économie nous imposerait de basculer vers un journal payant - ou financé en partie par de la publicité - avec toutes les contraintes, y compris éditoriales que cela comporte ; nos convictions exigent que nous conservions la gratuité et la liberté de ton que nous aimons… Nous avons imaginé une possibilité : une démarche associative, combinant - selon les souhaits et possibilités de chacun - soutien financier, adhésion et affirmation d’un intérêt particulier pour ce journal, actions, propositions, échanges d’idées, rencontres, et plus si affinités… Nous vous proposons d’adhérer à « l’Association Des Amis Du Journal Les Allumés Du Jazz » : l’ADADJLADJ. En adhérant à l’ADADJLADJ, amis lecteurs, vous pourrez soutenir notre démarche et permettre à tous ceux qui le désirent de recevoir le journal gratuitement. Vous contribuerez, si vous le souhaitez, à la diffusion du journal dans votre entourage. Vous pourrez aussi devenir un « lecteur actif » en vous associant à la rédaction, en proposant des thèmes, des idées d’articles, des commentaires, en donnant des avis…
De plus, en apprenant simplement à prononcer correctement notre nom, vous perfectionnerez votre diction, prendrez de l’assurance dans toutes les situations difficiles de la vie (mariage, divorce, enterrements, entretien d’embauche, interview…) et affirmerez avec nous et avec force votre refus permanent de toute facilité gratuite.

 

SAUVONS notre journal commun AVANT qu’il ne soit menacé ! ADHÉRONS À l’ADADJLADJ !

• • • l'album a été ajouté
• • • l'album a été ajouté